divaguercerveau

Contrairement aux idées reçues, rêvasser ne met pas notre cerveau en veilleuse. C’est ce que démontre une étude menée par des chercheurs de l’Université de Colombie Britannique (UBC) dirigée par le professeur Kalina Christoff, directrice du laboratoire de sciences neurologiques et dans les Actes de l’Académie Nationale des Sciences (PNAS).

Grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) les chercheurs ont pu établir que l’activité de nombreuses régions du cerveau augmentait lorsque notre esprit vagabonde, en particulier celles dédiées à la résolution de problèmes complexes : le « réseau cérébral exécutif ». Cette découverte est d’autant plus surprenante que jusqu’à présent les scientifiques pensaient que seul le « réseau cérébral par défaut » gérant les tâches simples était impliqué, et que lorsque l’un de ces deux réseaux était en fonction l’autre était inactif.

Ces résultats tendent à montrer que laisser vagabonder son esprit peut être propice à la résolution de problèmes compliqués. Selon le professeur Kalina Chirstoff « Quand on rêve éveillé, on peut ne pas atteindre son objectif immédiat (par exemple lire un livre ou être attentif en en classe) mais l’esprit prend alors le temps de régler des questions plus importantes, comme la promotion de sa carrière ou ses relations personnelles ».

Source : bulletins-électroniques Canada numéro 354 – Ambassade de France au Canada / ADIT.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s